LE VOANDZOU : un aliment complet totalement ignoré ?

credits WANPNUS

credits WANPNUS

LE VOANDZOU : un aliment complet totalement ignoré ?

Depuis quelques années, une équipe de chercheurs de l’Institut national pour l’environnement et la recherche agricole (Inera) au Burkina Faso conduit des recherches sur le voandzou de son nom scientifique Vigna subterrunea, encore appelé pois bambara ou pois de terre. Une légumineuse alimentaire cultivée principalement par des femmes pour lesquelles elle assure une source de revenus.

Les recherches qui impliquent directement plusieurs centaines de productrices visent à sélectionner et diffuser à l’échelle agro écologique les meilleures options agricoles (variétés, techniques culturales et fertilisation) qui permettent d’accroître la productivité et la production du voandzou.

Les productrices impliquées dans cette démarche ont ainsi l’opportunité d’apprendre de meilleures techniques de culture de cette plante tout en contribuant à l’avancement de la recherche. Les chercheurs ont recensé plus de 300 variétés du voandzou réparties en fonction des risques climatiques. Dix variétés ont été sélectionnées comme étant les plus performantes.

Les chercheurs ont également réalisé un inventaire complet des recettes à base du voandzou en fonction des régions et des groupes ethniques au Burkina Faso. « Nous avons un livre d’environ 15 recettes à base du voandzou », fait comprendre Dr Mahama Ouédraogo, chef de l’équipe des chercheurs. « C’est varié, c’est très facile à préparer. Avant les gens disaient que pour préparer le voandzou il faut plusieurs heures. Aujourd’hui, on a des variétés qui cuisent très facilement », explique Flore Doulkom, restauratrice impliquée dans la recherche.

Riche en micro nutriments anti oxydent, le voandzou est selon Dr Mahama Ouédraogo un « aliment complet, totalement ignoré ». Le voandzou est une culture qui s’adapte plus facilement aux conditions climatiques difficile. Mieux, sa culture contribue comme d’autres légumineuses à la fertilisation des sols grâce à sa fixation symbiotique d’azote. Le voandzou est une plante qui s’adapte plus facilement aux conditions climatiques

Malgré sa forte valeur nutritive, la production mondiale du voandzou est estimée à seulement 300 000 tonnes. N’ayant pas encore livré tous ses secrets, les recherches de l’INERA se poursuivent.

Inoussa Maiga

Consultant dans les domaines des médias et la communication participative pour le développement, je m'investis pleinement dans les questions de développement agricole et rural.

Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. fbambio dit :

    Article très intéressant. Cependant vous n’aviez pas cité le nom scientifique de cette plante. Pour le lecteur qui n’est pas burkinabè , le nom VOANDZOU n’est pas très parlant. C’est juste une remarque sinon article très intéressant.

  2. adjima alex. dit :

    Le nom scientifique du voandzou est vigna subterranea . I nom du chercheur en question est Mahama Ouedraogo et non hamadé.

  3. MADOU CHANTAL dit :

    Bonjour à tous
    Je suis une jeune chercheuse Camerounaise, mon travail s’intègre dans le stockage des légumineuses et en particulier du voandzou.Sa me fais très plaisir de savoir qu’ailleurs que chez moi il y a des personnes qui cherchent à revaloriser cette légumineuse si riche en protéine et d’un rentabilité moins exigeante. Recevez cordialement mes salutations

  4. Komi Sanou dit :

    Bonjour a tous,

    Je suis très touché par l’attention que les uns et les autres ont pour cette culture. Dans mon pays (Togo), c’est une des cultures qui attirent très peu l’attention des décideurs et la recherche malgré tous ses potentialités. Je suis un jeune chercheur et je suis entrain de rédiger un projet sur la culture qui va me permettre de collecter les accessions existantes et de les caractériser. J’espère que ce projet attirera l’attention des bailleurs.
    Toutefois, si quelqu’un a les contacts du chercheur Mahama Ouedraogo, merci de me l’envoyer.

    Cordialement

  5. comme commenté ci-haut sur la moindre importance accordée à la culture, mais je l’avais incorporé dans la ration de poulets de chaire. Le rendement était meilleur.

  6. Tadoh tchinda clovis dit :

    je suis un jeune chercheur et j’aimrais avoir plus emple information sur le voandzou

  7. Corine Niox dit :

    Bonjour,
    serais t il possible d’avoir accès au livre de recette sur le voandzou. Je voudrais le faire découvrir à ma famille.
    bien cordialement

  8. Bonjour je suis technicien et l’histoire de mon village est beaucoup liée à celle du voandzou mais malheureusement que cette légumineuse risque de disparaître si rien n’est fait. C’est ainsi que je travail depuis un certain moment avec l’appui de l’Association pour le Développement de la Commune de Balavé sur un projet de promotion de la culture du voandzou dans la commune rurale de Balavé dans les Banwa/burkina. J’attend de vous d’éventuelles contribution pour la finalisation du projet dont je tiens à coeur.Merci

  9. emmanuel dit :

    la consommation de voandzou est appreciable! merci

  10. MOHAMADOU MOUSSA dit :

    Bonjour à tous
    je suis un jeune chercheur camerounais qui comme vous travaille sur l’augmentation de la production en champ du voandzou à partir des intrants organiques et des insectes sociaux . De ce fait je suis très ému de savoir que d’autres personnes cherchent également à revaloriser cette plante qui présente des caractéristiques énergétiques très intéressantes. Merci

  11. Tadoh Tchinda Clovis dit :

    Je suis un jeune chercheur camerounais, Tadoh Tchinda Clovis, mes travaux ont révélé ayons peut cultivé le voandzou au Cameroun, a Yaounde avec une dose de phophore de 50kg par ha pour un bon rendement.

    • Tadoh Tchinda Clovis dit :

      Et obtenir jusqu’à 2333 kg par ha. J’aimerais continuer en these sur la meme plante mais je ne sais pas encore quels aspects aborder.

  12. pat dit :

    intéressant

  13. BAVI Joël Luc dit :

    Quelles dont les conséquences de la consommation du vandzou?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :