Comment faire de la vidéo à coût réduit

Image

Josh Woodard présentant les étapes de production d’une vidéo à coût réduit

A Bama dans l’Ouest du Burkina Faso, les agriculteurs font face à l’ensablement du canal qui permet d’irriguer la plaine rizicole. Abdoulaye Ouédraogo, président de la coopérative pense que le mauvais comportement de certains agriculteurs y est pour quelque chose. Muni d’une toute petite caméra, il fait le tour du périmètre, filme en commentant directement toutes les activités susceptibles de contribuer à l’ensemble du canal. Les images sont par la suite montées par un technicien à Bobo-Dioulasso, ville située à 25 km.

Le film d’une quinzaine de minutes est projeté lors de rencontres avec les producteurs, le but étant de leur faire prendre conscience et changer leur comportement. Tout ceci n’a couté presque rien à la coopérative.

Aujourd’hui, du matériel technologiques à coût réduit permet aux organisations de producteurs et praticiens de développement de créer et diffuser de l’information visuelle, créer des vidéos de formation, partager des témoignages et des histoires à succès, etc.

Mais disposer du matériel vidéo est une chose, réussir à créer des vidéos agréables à regarder est une autre. Comment réaliser une bonne vidéo avec du matériel à faible coût ? C’est l’objet de la présentation de Josh Woodard, manager technique de Fhi360, une organisation de développement humain.

Intervenu ce matin en prélude à la conférence internationale sur les TIC pour l’agriculture (#Ict4Ag13 #PnP), Josh Woodart a délivré des conseils techniques aux participants : les angles de prise de vue, les plans, le montage, etc. « La variation des plans donne une vivacité à la vidéo », dit-il. « Avant toute chose, il est important de connaitre votre public et leur besoin », assure le présentateur.

En face de lui, des spectateurs captivés. « Je travaille avec des jeunes agriculteurs au Pérou. Nous utilisons la vidéo, mais nous avons des difficultés pour faire le montage », confie une dame.  « Je comprends. Je n’ai surtout pas envie de vous donner l’impression que c’est une tâche facile. Si le matériel est plus accessible, son utilisation par contre requiert un peu de connaissance technique pour réaliser des vidéos de qualité », lui répond Josh Woodard. Voilà qui est on ne peut plus clair.

Des conseils techniques livrés à travers des exemples, bons et mauvais, de pratiques en vidéos, Josh Woodart a su captiver son public en faisant appel de temps en temps à quelques présents pour des exercices rapides. « J’ai bien aimé cette présentation, particulièrement les techniques de prise de vue qu’il nous a montré », confie Kurt Roberts de CARDI (Institut Caribéen pour la recherche développement en agriculture). « Je suis impressionné par le matériel de filmage. C’est du matériel qui peut nous être très utile », déclare Henri Danon de Côte d’Ivoire. « Nous avons un projet e-Agriculture qui porte sur la vulgarisation agricole. Je lui ai demandé comment acquérir ces caméras », explique-t-il avant de partir en courant vers une autre présentation.

Inoussa Maiga

Consultant dans les domaines des médias et la communication participative pour le développement, je m'investis pleinement dans les questions de développement agricole et rural.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :